Humeurs

Ces choses que l’on ignore sur les femmes

J’aurais dû publier cet article il y a une éternité déjà! je l’avais prévu pour le 8 mars, et puis la réalité de ma vie m’a rattrapée. Débordée, j’ai été et en vérité, la paresse m’a possédée. De mon nouveau départ en Ethiopie, je n’ai pas encore trouvé mon rythme, quoique en partie mais, comme vous le savez, je fais tellement de choses à la fois que ce n’est pas facile.

Bref, me voici de retour et j’espère pour longtemps.

Pour le 8 mars, je voulais vous parler de droits des femmes, ces droits qui sont au coeur d’une célébration internationale, des droits acquis pour certains, devenus évidents à tel point que beaucoup ne réalisent pas d’où on vient. 

Tout le monde parle de DROIT. Mais, personne ne sait d’où on vient. Qui s’en préoccupe? Pas celles qui le célèbrent le plus à coup de bière, de défilé et je ne sais quelle autre ânerie.

Oui, mon ton est à dessein amer car je vous l’ai dit : j’en ai marre. 

Il est un fait; nous avons hérité de beaucoup de progrès. Nos hommes politiques ont en bien des points fait le copy and paste de ce qui se faisait chez le colon. C’était plus facile et bien arrangeant. Des textes de lois ouvertement sexistes qui heureusement pour certains ont évolué avant le fameux pompé-transposé. Ouf on l’a évité de justesse….

Mais quoi donc ??? Une liste d’interdictions tout du moins aussi ridicule qu’abracadabrantesque. Loin de la risible interdiction de manger des viandes de brousse succulentes et goûteuses (soyons sérieux, il ne s’agit pas de se disputer des morceaux de viande, mais de parler de choses TRÈS sérieuses); les femmes avant et pourtant pas si longtemps que ça n’avaient de droit que celui d’être épouse de…. (oui oui le même titre fièrement arboré par certaines femmes en guise d’indicateur de réussite sociale)… Oui, souvenons nous de l’époque où la femme du pharmacien était la pharmacienne…. Hosanna…. Jour de joie!!! Avé Lui, Avé toi… toi par qui je suis!!!!

Donc je disais; Parlons de ces choses qu’on a évité de justesse et qui nous ont permises d’être ÉMANCIPÉES….

Ainsi donc, Le Saviez-Vous? 

Source: Pixabay

Les femmes avant n’avaient pas le droit de courir:

La course était considérée comme une discipline d’athlétisme exclusivement réservée aux hommes et scrupuleusement encadrée par la fédération  en charge de la discipline. Elle estimait que les femmes n’avaient pas l’endurance nécessaire pour supporter l’effort. On patauge dans la “sagesse”! Mais c’est plus pratique de courir un « poids » entre les jambes…. krkrkrkrkrkrkr je sais, c’est vache! Ce n’est pas moi qui ai commencé!

On est en 1967 et l’Américaine Kathrine Switzer qui participe en cachette au marathon de Boston; quand on se rend compte qu’elle est dans les rangs, elle se fait violemment éjecter.

Source: Pixabay

Connaissez-vous le salaire féminin?

Moi-même, je cherche à comprendre le concept. Commençons par le tout début.

Aujourd’hui, il nous est tout à fait normal de travailler et de disposer de nos salaires… sauf qu’à l’origine ou du moins, il y a des bornes de cela les choses n’étaient pas si évidentes que ça. Le travail rémunéré des femmes existe depuis les lunes. A l’époque, il souffre de considérations morales et de nécessité publique. Une espèce de schizophrénie qui plane depuis des siècles. Le travail des femmes, même s’il est toléré dérange et quand il l’est,  il est cantonné à des basses besognes. Au 13eme siècle, les femmes peuvent être médecins ou meunières, mais très vite, les hommes conscients de l’“ascension sociale” leur coupent l’herbe sous les pieds. Un peu plus tard le travail hors du domicile familial est assimilé à de la prostitution et le travail à domicile est vivement encouragé. OKAY…. Bref avance rapide… Quand il a été admis et institutionnalisé, le travail des femmes a été valorisé par un salaire féminin qui bien sûr comptait pour des clopinettes. Notez que les choses n’ont pas tellement changé aujourd’hui: dernièrement encore je lisais les footballeuses françaises gagneront moins que leurs confrères masculins. On est en France, je vous laisse imaginer ce que ça donne sous nos cieux. 

Toujours dans la section salaire des femmes, les femmes mariées devaient confier leur salaire à leur époux, seul gestionnaire du couple. Il disposait ainsi de tous les produits issus du travail de son épouse. En 1907 donc, les femmes peuvent percevoir leur salaire mais leurs biens restent sous la tutelle de leur époux. 

Avant, les femmes étaient interdites de pantalon: 

Source: Pixabay

Aujourd’hui, il nous est inconcevable de ne pas porter un pantalon et pourtant, il fut une époque où il nous, femmes, était interdit de porter des pantalons. Époque durant laquelle porter un pantalon voulait dire pour une femme se travestir en homme. Cherchez les dicos, moi pas pouvoir traduire pour vous. Le très sérieux texte prévoyait que “toute femme désirant s’habiller en homme devait se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l’autorisation et celle-ci ne peut être donnée qu’au vu d’un certificat d’un officier de santé”. Oui on parle bien d’un certificat issu d’un officier, non ne me demandez pas; moi-même, je cherche encore à comprendre. 

Oui, cela peut faire rire mais c’est vrai. Encore plus risible, la raison de cette interdiction qui “ visait avant tout à limiter l’accès des femmes à certaines fonctions ou métiers en les empêchant de se parer à l’image des hommes” OKAY. Cette interdiction qui était une disposition légale de 1800 qui a connu une révision en 1892 et 1909 accordant aux femmes de porter le pantalon soit pour le vélo ou pour l’équitation. 

Pour en finir avec le port du pantalon pour les femmes en France. En 1980 les femmes sont autorisées à entrer à l’assemblée nationale. Cependant, l’article L.1111-1 du Code du travail permet aux employeurs d’imposer le port de la jupe à condition que cela soit motivé.

J’apprends à l’instant qu’au Cameroun, une femme peut se voir refuser l’accès à un bâtiment officiel si elle porte un pantalon. Ntap 

Source: Pixabay

Les maladies sans queue ni tête juste pour acculer les femmes:

Ceux et elles qui me suivent sur Instagram diront à tort que cette section, est inspirée par Sorcières: la puissance invaincue des femmes; un livre que je lis très assidûment ces temps et que je vous recommande. Il n’en est rien ou du moins, dans la longue vie remplie d’injustice que les femmes de tous âges ont vécus, il est normal qu’à un moment, les histoires se confondent par tant de similitudes. 

Donc, il faut savoir que notre cas (les femmes), préoccupent les messieurs depuis la nuit des temps. Du fait de notre “instabilité émotive”, ces messieurs nous ont prêté toute sorte de maladie de l’univers visible et invisible et comme par hasard des maladies qui ne touchaient que les femmes… Ces maladies n’avaient pour seuls buts que d’“incapaciter” les femmes et les rendre dépendantes, que dis-je, les asservir, et les faire vivre sous la dominations des hommes….

Voici une liste de maladies* étranges auxquelles nous avons échappé chères lectrices: 

“La « bicycle face »

Une pathologie étrange qui touchaient les femmes qui pratiquaient du vélo. Alors, les femmes qui en pratiquaient, couraient le risque de se retrouver le visage “irrémédiablement figés dans une grimace d’effroi”. Aussi, “L’épuisement, l’insomnie, les palpitations cardiaques, les maux de tête et la dépression étaient aussi considérés comme des effets secondaires d’une pratique régulière de la bicyclette chez les femmes.”

L’utérus vagabond

“Grand classique des pseudo-pathologies féminines, le syndrome de « l’utérus vagabond » trouve ses racines dans la Grèce Antique : Hippocrate, considéré comme le père de la médecine, le décrivait comme « un animal dans un animal » (sympa…) qui ferait vibrer le corps de la femme et affecterait ses humeurs et sa santé.
L’une des « prescriptions » pour lutter contre le syndrome de l’utérus vagabond a d’ailleurs longtemps été de tomber régulièrement enceinte pour empêcher l’utérus de se balader. Un médecin byzantin aurait également conseillé aux femmes qui souffraient de ce mal de crier ou d’éternuer pour maintenir leur utérus en place.”

La surcharge émotionnelle

“Parce qu’elles sont incapables de maîtriser leurs émotions et en perdent forcément à un moment ou à un autre la raison, les femmes sont aussi les premières et principales victimes des lobotomies, ces opérations chirurgicales archaïques ayant pour but d’interrompre certains circuits neuronaux pour traiter les maladies mentales.
La première lobotomie de l’histoire a d’ailleurs été réalisée sur une femme au foyer du Kansas en 1936. Walter Freeman, le psychiatre qui a prescrit l’opération, aurait diagnostiqué une « surcharge émotionnelle ayant conduit à la maladie mentale ». Il en aurait conclu que le seul remède qui vaille soit de couper certains nerfs dans le lobe frontal (siège de la personnalité et des fonctions cognitives supérieures) pour stabiliser la maladie mentale de la patiente.

Avant d’être privé d’exercer en 1967 suite à la mort d’un de ses patients sur la table d’opération, Walter Freeman a eu le temps de réaliser au moins 3 500 lobotomies dans 23 États américains. Selon les experts, les États-Unis ont pratiqué plus de 50 000 lobotomies au début des années 50.
Répandue dans de nombreux pays, parmi lesquels la Suède, le Journal of the History of the Neurosciences: Basic and Clinical Perspectives estime que 63% des lobotomies réalisées dans le pays ont été pratiquées sur des femmes.”

Les vapeurs

“Typiquement féminines, les fameuses « vapeurs » restent dans l’inconscient collectif étroitement liées aux évanouissements théâtraux des femmes de la Belle époque, et qu’il fallait réveiller à grands renforts de sels. D’après les médecins de l’époque, ces vapeurs seraient dues à un dysfonctionnement de la « matrice » (comprenez l’utérus – oui encore lui) des femmes. Décrites par le chroniqueur William Safire du New York Times comme « une maladie d’invalidité nerveuse au cours de laquelle des images étranges semblent flotter vaguement devant les yeux de la patiente, ou apparaître comme réelles. » En réalité, les vapeurs sont plus proches de l’anxiété ou de la dépression clinique, deux maladies qui n’ont rien à voir avec le sexe du patient.”

Les femmes n’avaient pas le droit de conduire:

Tout le monde regarde l’Arabie Saoudite et l’Iran comme les bonnets d’âne du monde avec le 1er qui a autorisé il y a peu les femmes à conduire. Tout ça parait anecdotique sauf qu’à une époque, le peuple de Dieu estimait que “les femmes étaient incapables de maîtriser la technologie et l’on affirmait qu’elles n’avaient ni la force physique, ni les connaissances, ni les nerfs nécessaires à la conduite de l’automobile.”

Oui, je vous le dis on vient de loin…

La masturbation féminine était thérapeutique :

cette thérapie était prescrite aux femmes souffrant d’hystérie. Hystérie qui à l’époque était connue pour être la maladie de l’utérus dont les symptômes étaient entre autres, sans être exhaustifs, l’anxiété, l’insomnie, l’irritabilité, la nervosité, le fantasme érotique, des sensations de lourdeurs dans l’abdomen, l’oedème pelvien et la lubrification vaginale ». Certains estiment par contre: “Les femmes ne doivent faire l’amour ni trop souvent, ni pas assez, car d’un dérèglement viendrait toutes une série de fâcheux désagréments : anxiété, insomnies, nervosité, irritabilité…” NTAP
Dans un premier temps, les “crises” sont soignées par des séance de “rôtissoire”…. Oui, aux grands maux, les grands remèdes! le Pr Jean François explique cet étrange corrélation ainsi: « Un lien est fait entre le péché et la sexualité donc il y a une stigmatisation croissante qui se fait autour de ces symptômes repérés uniquement chez la femme et qui sont reliés à quelque chose de diabolique, une possession par le diable… La thérapeutique sera alors l’exorcisme. Et à partir du XII-XIIIe siècle, on brûlera les sorcières”

Après quoi quand cette pratique d’un autre âge a été interdite, il a fallu se tourner vers autre chose. “ C’est ainsi qu’à la fin du XIXe siècle, les médecins développent une méthode pour soigner cette maladie si féminine, en procédant à de savants massages du clitoris, jusqu’à obtention d’un « paroxysme libérateur » (en d’autres termes, un orgasme), tout au moins jusqu’à la prochaine consultation. Parce que les séances durent en moyenne une heure et fatiguent les poignets des médecins traitants, dès 1869, le premier vibromasseur (à vapeur) est développé aux États-Unis, pour leur permettre de diminuer”. 

Vous ne verrez plus les vibromasseurs de la même façon right? 

Source: Pixabay
Les congés de maternité ne sont pas rémunérés  aux Etats Unis :

Pour faire plus simple, chez l’Oncle Sam quand vous êtes absente du fait de votre accouchement, les jours passés à la maison ne sont pas “payés” comme c’est le cas par exemple au Sénégal. En effet, de part le Family Medical Leave Act, tout employé  (homme et femme) a le droit de s’absenter jusqu’à deux semaines pour des raisons familiales et ce, sans être payé(e). Mais, mais pour pouvoir en bénéficier, il faut justifier d’au moins un an an d’ancienneté et travailler pour une boîte d’au moins 50 employés pour être éligible. Pour faire plus simple, si vous n’êtes pas sûr de bien comprendre, si vous êtes fraîchement employée et que vous accoucher 3 mois plus tard, après avoir donné naissance, vous allez gentiment retrouver votre station de travail. C’est comme ça, votre employeur s’en fout de votre état physique/moral/ de santé. Vous ai-je dit qu’elles travaillent jusqu’au dernier jour? Pour votre gouverne, sachez qu’Américaine ou pas, si vous travaillez aux Etats Unis, cette réalité vous sera appliquée. Pas de jour de repos avant votre accouchement.

Faire un enfant est un CHOIX, VOTRE choix, DÉMERDEZ-VOUS!

Source: Pixabay
Il n’existe pas d’âge limite pour le mariage dans certains Etats aux Etats-Unis:

On connaît les Etats-Unis pour bien des choses, mais celle-ci susmentionnée est ignorée de beaucoup. Certains Etats n’ont pas d’âge limite pour le mariage des filles; ce qui fait que dépendamment de là où vous vous trouvez, vous pourrez épouser une jeunette de 12 ans avec le consentement des parents et d’un juge sans que personne ne vous taxe de pédophile. Une vide juridique qui arrange bien les vicelards et autres pervers/rébus de la terre.

Source: Pixabay
The last and not the least

Je vous le donne en SCOOP, le dernier le saviez-vous pour vous CASSER. L’Europe et les Etats-Unis ont également pratiqué l’EXCISION. Quoi? Vous ne le saviez pas ? Sérieux? Evidemment, personne ne parlera d’excision; c’est pas joli et ça fait pas « civilisé » car on est bien d’accord, ce sont les « sauvages » qui font ça. Avec eux, l’ablation du clitoris porte le doux nom de  clitoridectomie … quoi que, je trouve que ça fait BARBARE mais, ce n’est que mon avis… La manœuvre était une méthode de guérison pour soigner les femmes (bien sur) de l’hystérie, la masturbation… rien que ça! Le plus étrange étant que les petites filles y passaient… j’imagine bien une fillette de 5 ans POSSÉDÉE par les démons de minuit; tellement possédée que le Dr. s’est cru obliger de la « guérir » de la masturbation; oui à 5 ans. Cette excision qui a eu lieu en 1948 a été la dernière pratiquée aux Etats Unis…

Je vais m’arrêter ici. Je dois digérer les informations lues. On se dit à très bientôt.

Des Bisous

Sources 

  1. https://www.histoirecanada.ca/consulter/femmes/les-10-principales-raisons-pour-lesquelles-les-femmes-n-avaient-pas-le-droit-de-vote
  1. https://www.nouvelobs.com/societe/20160412.OBS8392/free-to-run-quand-les-femmes-n-avaient-pas-le-droit-de-courir.html
  1. https://www.liberation.fr/france/2015/07/13/quand-les-femmes-ne-pouvaient-pas-ouvrir-de-compte-en-banque_1347300
  1. https://journals.openedition.org/clio/1324
  1. https://pratiques.fr/Une-histoire-du-droit-au-travail
  1. https://www.terrafemina.com/vie-privee/sexo/articles/9485–l-oh-my-god-r-quand-les-hommes-soignaient-lhysterie-feminine.html
  1. https://www.chosesasavoir.com/pantalons-etaient-interdits-aux-femmes/
  1. http://www.rcinet.ca/fr/2017/10/14/depuis-quand-les-femmes-ont-elles-le-droit-de-conduire-au-canada/
  1. https://frenchmorning.com/ny-a-t-de-conge-maternite-paye-aux-usa/
  1. https://www.huffingtonpost.fr/2015/04/04/hysterie-demence-accabler-femmes-maladies-ridicules_n_7000090.html
  1. https://www.allodocteurs.fr/se-soigner/histoire-de-la-medecine/hysterie-une-histoire-de-femmes_24855.html
  2. https://journals.openedition.org/clio/1324

4 commentaires

  1. Sophie a dit :

    Très bel article ! Merci pour ce partage.

    1. Leyopar a dit :

      Merci d’être passée 🙏🏾

  2. Très instructif. Ainsi nous n’étions interdire de course 😟. J’en découvre des choses. Merci

  3. Thierry a dit :

    Je ne serais pas étonnée que la clitoridectomie continue dans certains pays dit développé.
    Je crois qu’il faudrait organiser une coupe du monde des horreurs absurdes qui germent de la tête de certains mais conduisent au drame pour de nombreuses personnes.
    Bienvenue chez toi, donne-nous l’envie de pousser encore loin. God bless

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :